Vous souhaitez vous lancer dans la composition, ou simplement jouer en live des morceaux, vous avez un peu de matériel, et vous vous dites qu’il faut passer à l’étape suivante : le choix du séquenceur et la synchronisation de vos synthétiseurs.

Je vous propose un choix de séquenceurs, du virtuel au matériel et je vous expliquerais ensuite comment connecter vos appareils, pour les synchroniser ensuite.

Synchroniser, c’est le fait, de les faire jouer ensemble dans le même rythme et surtout qu’il n’y ait aucun décalage dans le temps, bien sur il est possible de se caler à l’oreille. Mais cela ne suffit pas tout le temps, et je vous présenterais des outils pour garantir une synchronisation correcte.

1 – Choisir son séquenceur : matériel ou virtuel ?

Pour synchroniser ses appareils, l’une des étapes consiste à choisir la pièce centrale de votre workflow.
C’est un choix très personnel, il n’y aura pas de mieux ou de moins bien. Juste une préférence, dans la manière d’aborder la composition.
Certains vont préférer s’organiser autour de leur ordinateur, d’autres préféreront l’inverse, voir d’autres aimeront les deux : une configuration Live et une autre pour la composition.

Choix du séquenceur virtuel

Là encore, c’est une affaire de goût, et aussi… de moyens.

Vous êtes sur PC,

il y a l’embarras du choix en terme de séquenceur, donc n’hésitez pas à les tester, en version lite, gratuite pour d’autres.
Les standards, sont souvent Cubase et Ableton Live. Vous entendrez parler également de Protools, de Studio One, Fl Studio, Reason, Bitwig, etc.

Illustration Ableton Live et Cubase

Vous êtes sur MAC,

Là c’est facile, vous retrouvez les mêmes que sur PC, mais je vous conseillerais de tester Garage Band qui est gratuit, et s’il vous convient et que vous vouliez aller plus loin, d’opter pour Logic Pro X pour un rapport prix/possibilités très intéressant..

Illustration Garage Band et Apple Logic Pro X

Une fois votre choix fait, nous allons pouvoir aborder la prochaine étape : le branchement de vos appareils. Mais avant cela, je vous propose une alternative au virtuel, le séquenceur matériel.

Choix d’un séquenceur matériel

Vous aimez le matériel, et pour vous l’ordinateur n’est pas LA seule solution pour composer ?
Je vous propose plusieurs idées de séquenceurs pour trouver celui avec lequel vous prendrez vos marques.

Le séquenceur Pyramid de Squarp

Un appareil très puissant, qui non seulement vous permet de créer vos morceaux, de connecter vos appareils en MIDI, CV et même de piloter des Plugins via USB.
Son prix : env 600€
Visiter le site

Voici quelques caractéristiques :
  • Nombre de pistes maximum jouant en même temps : 64
  • Nombre maximum de patterns par piste : 32
  • Nombre maximum de séquences (groupe de pistes & patterns): 32
  • Nombre de projets maximum : 256
  • Nombre total d’évènements (notes, CC, …) par project: 10000
  • Nombre total d’effets Midi par project: 320
  • Track length: 1/4 bar (a quarter note) to 384 bars
  • Time signature: 1/1 to 24/16 or 1:1 to 24:16
  • Recording resolution: 96ppqn
  • Tempo: 10.0 to 999.9 BPM
  • MIDI out A (up to 16 channels = 16 instruments) (turbo midi ready)
  • MIDI out B (up to 16 channels = 16 instruments)
  • Plug and play mini USB MIDI out (up to 16 channels = 16 instruments)
  • DYN sync out (available on the MIDI out B)
  • CV out (jack 3.5mm) [0 to 5V]
  • ENV out (secondary CV, e.g. to sequence filters) (jack 3.5mm) [0 to 5V]
  • GATE out (jack 3.5mm) [0 to 5V]
  • dimensions : 206x268x44mm
Le séquenceur Pyramid de Squarp
Le séquenceur Pyramid de Squarp

Le Cirklon de Sequentrix

Un séquenceur hardware peu connu, mais très puissant.

Cirklon a jusqu’à 64 pistes, configurables par l’utilisateur. Il dispose de 5 entrées et sorties MIDI indépendantes permettant de connecter un grand nombre de contrôleurs et de synthés/modules sonores tout en maintenant la latence MIDI à un minimum.

Il y a une connectivité USB MIDI pour la synchronisation DAW, le contrôle soft-synth ou le passage MIDI depuis un PC, et une sortie DIN Sync qui peut également être configurée pour connecter une interface de déclenchement de percussion analogique multicanal à venir. Le bus analogique CVIO en option offre 16 sorties CV haute résolution et 8 entrées/sorties CV configurables sur un connecteur à 25 broches, ce qui permet de contrôler directement les synthés analogiques avec une réponse temporelle optimale et sans autre charge sur les ports MIDI.

Son prix à partir de 1440€ pour la version sans le bus analogique et 1770€ avec.
Visiter le site de Sequentrix

Les AKAI MPC

Les MPC ont toujours attirées des musiciens souhaitant avoir un centre névralgique puissant, et permettant d’y connecter des appareils. Souvent utilisé pour le BeatMaking, mais pas que…

Elles possèdent plusieurs ports MIDI, le séquenceur gère 128 pistes MIDI, il offre en plus du sampling, des effets. Bref une machine complète ! Les derniers modèles embarquent des ports CV/Gate pour connecter un modulaire.

Je vous présente l’Akai MPC Live 2, il y a également l’Akai MPC One et l’Akai MPC-X. Et rien ne vous empêche de vous tourner vers le marché de l’occasion pour chercher un modèle plus ancien.

Akai MPC Live 2

– MPC autonome (pas d’ordinateur requis)
– Administré par le logiciel MPC Software 2.8
– Écran couleur multitouch 7″
– Moteurs de synthèse et banque d’effets internes
– 4 sorties jack TRS CV/Gate (8 sorties au total)
– 2 entrées et 2 sorties Midi DIN
– Midi via Bluetooth
Prix : env. 1200€

Elektron Octatrack MKII

Une groovebox, avec un séquenceur, arpgégiateur, des effets et un sampleur, c’est aussi une piste intéressante car elle permet d’avoir 8 pistes audio + 8 pistes MIDI.
Son prix environ 1200€.
Visiter le site

Groove box Elektron Octatrack 2
Groove box Elektron Octatrack 2

Une workstation

Pourquoi ne pas utiliser le séquenceur interne d’une workstation. Que ce soit Korg, Yamaha ou Roland. Vous pourrez profiter d’un séquenceur d’au moins 16 pistes MIDI. Certains adorent travailler sur une workstation, c’est souvent plus simple, même si l’écran est plus petit que celui d’un ordinateur.

Vous pourrez aussi vous tourner vers le marché de l’occasion, il y a un nombre incroyable de workstations en vente, à tous les prix. Vous pourrez en trouver une à partir de 200-300€ (Korg 01/W FD, Yamaha SY-77, Roland Fantom 6…).

Actuellement, sur un budget d’environ 1000€, vous pourrez choisir entre un Korg Krome EX, un Roland FA-06 et un Yamaha ModX-6.

Une workstation Korg Krome EX
Une workstation Korg Krome EX
Une workstation Roland FA-06
Une workstation Roland FA-06
Une workstation Yamaha MODX6
Une workstation Yamaha MODX6

Un clavier maitre avec séquenceur

Arturia propose des claviers, intégrant non seulement de nombreuses connexions, mais aussi un arpégiateur et un séquenceur.

L’ un des derniers modèles est l’Arturia Keystep Pro

Le prix est très abordable, permettant de débuter facilement.
Prix : env. 400€

Caractéristiques :
– 37 mini-touches
– LED de contrôle au-dessus de chaque notes
– Séquenceur pas à pas 4 pistes
– 16 boutons de pas pour un total de 64 pas par pattern
– Séquenceur mélodique : enregistrement temps réel, pas à pas et édition par pas.
– Edition par note du Pitch, de la vélocité, du Gate, du Time Shift et d’un taux de probabilité
– Quantization par gamme sur les gammes utilisateurs.
– Sorties CV polyphoniques
– Séquenceur de batterie disposant de 24 parts rythmiques et de polyrithmie<
– En mode performance : lecture de la séquence en aller et deux modes aléatoires
– lecture aléatoire des patterns
– Enregistrement quantifié ou non
– Looper
– Arpégiateur : 7 modes d’arpèges
– Mode Accords
– Mode contrôleur : 5 encodeurs, automation des Control change, 
– Ecran OLED lumineux
– 4 sorties CV/Gate
– 8 Drum Gate Output
– 1 MIDI in, 2 MIDI out, USB
– Horloge, synchronisation
– Métronome avec son haut parleur inclus
– Entrée pédale sustain

Arturia Keystep Pro avec prises CV/Gate, MIDI et son séquenceur
Arturia Keystep Pro avec prises CV/Gate, MIDI et son séquenceur
Arturia Keystep Pro point central d'une configuration hardware
Arturia Keystep Pro point central d’une configuration hardware

2 – L’horloge ou clock ça sert à quoi ?

Le point névralgique du système… Une fois que vous aurez compris ce point, tout va vous sembler logique, et tout va se mettre en place plus rapidement dans votre esprit.

Imaginons que nous voulions jouer un morceau à 120 bpm, nous avons un synthétiseur avec un arpégiateur et une boite à rythme.

Bien sur, nous pouvons régler chaque appareil sur le même bpm. Mais encore faut-il les déclencher en même temps, ou en rythme. On a tous fait l’expérience de déclencher avec un léger décalage, ce qui au niveau sonore est très désagréable.

Pour qu’il y ait synchronisation, et alignement des bpms, « il faut envoyer une horloge qui transmet le tempo » aux différentes machines.
Mais pour que tout le monde se comprenne, il faut surtout décider d’un MAITRE et d’un ESCLAVE.

En général, c’est souvent le séquenceur qui est le maitre, et les autres appareils sont les esclaves.
Dans notre exemple, nous allons déclarer la boite à rythme en tant que Maître, et le synthétiseur en tant qu’esclave.

Mais concrètement, comment ça se met en place ?

Vous allez regarder le manuel de chaque appareil, et pour les appareils ESCLAVES vous mettrez le paramètre de l’horloge à EXT (externe). Et pour les appareils MAITRES, vous choisirez le paramètre INT (interne).

Désormais, ils vont pouvoir échanger la même horloge, mais il reste encore à les connecter…
Voyons ensemble les différents protocoles pour les connecter.

3 – Connecter vos synthétiseurs et autres appareils

C’est la prochaine étape de votre démarche, vous avez choisi votre séquenceur, vous avez compris le principe de l’horloge, maintenant il faut raccorder tout ce petit monde.

J’imagine, que comme beaucoup de musiciens, vous possédez du matériel avec des connexions MIDI, d’autres en USB, et peut-être même du DIN Sync avec CV/GATE…

Que vous ayez opté pour un séquenceur virtuel ou matériel, vous serez face à la même problématique.

Comment centraliser ces différents types de connexion ?

Soit votre séquenceur hardware le permet, soit vous devrez opter pour un clavier maître possédant de nombreuses connexions différentes.

Arturia keystep 37 permettant de relier ses appareils
Arturia keystep 37 permettant de relier ses appareils

Soit vous pourrez choisir des adaptateurs CV to MIDI, MIDI to USB. Pour des connexions MIDI uniquement, il existe différents boitiers, de la simple interface midi/USB sous forme de câbles, à l’interface MIDI avec plusieurs ports (Motu Midi Lite).

Les différents protocoles de synchronisation

Nous allons voir 3 modes de connexion/synchronisation, le plus courant étant le MIDI.

  • le CV/GATE avec SYNC DIN,
  • le MIDI,
  • et la connexion USB avec votre ordinateur

Le CV/Gate

Les premiers synthétiseurs analogiques modulaires utilisaient le protocole CV / gate (control voltage/gate, signifiant tension de contrôle/porte ) méthode analogique de contrôle des synthétiseurs , boîtes à rythmes et autres équipements similaires avec des séquenceurs externes.

Les plus anciens modules séquenceur analogiques étaient limités à des séquences de 8 ou 16 notes au maximum et dans les années 1970 rares étaient les séquenceurs permettant des séquences d’un nombre plus étendu de notes (l’un des tout premiers séquenceurs très performants fut celui du EMS Synthi AKS qui en 1971 permettait des séquences de 256 notes).

L’EMS Synthi AKS un ancêtre du séquenceur

Ce protocole a été largement utilisée à l’époque des synthétiseurs modulaires analogiques et des séquenceurs , On le retrouve également sur le Roland MC-8 Microcomposer, sorti en 1977 jusqu’aux années 1980.

Le Roland MC8 avec son boitier de connexions
Le Roland MC8 avec son boitier de connexions

Nous retrouvons ce protocole encore de nos jours avec les rééditions de synthétiseurs analogiques, des claviers maîtres, et grâce à la l’engouement pour les modulaires.

A retenir pour le CV/Gate :

  • La synchronisation CV/Gate ne fournit que l’impulsion pour déclencher les appareils connectés. Il sert à les piloter, mais pas à les synchroniser.
  • Il existe 2 normes de communication CV/ Gate : le Hz/Volt et le Volt/Octave. Les synthétiseurs Yamaha et Korg sont en Hz/Volt. Les autres synthétiseurs comme Roland, Arp, Moog sont en Volt/Octave.
  • Il est nécessaire d’envoyer un signal d’horloge (clock) avec les prises Sync DIN pour synchroniser un arpégiateur, un séquenceur ou une boite à rythme.

Attention, l’horloge n’étant pas interprétée de la même manière par les instruments. En connectant des appareils de marque différente, le nombre de pulsation n’est pas toujours identique.

La norme Roland DIN sync utilise 24 pulsations par noire, d’où le terme 24 ppqn (24 pulses per quarter note). Les appareils Korg, telle la batterie Korg DDM-110, travaillent à 48 ppqn. Si vous connectez une Roland TB-303 sur une Korg DDM-110, la TB-303 tournera deux fois plus vite. Un simple adaptateur résout ce problème. Ou parfois un réglage de type (Sync x2) dans les paramètres d’un des appareils.

Il existe des schémas pour réaliser soi-même un câblage pour convertir les différences, et faire en sorte que tout le monde se comprenne dans la vidéo ci-dessous :

Vidéo en anglais sur la synchronisation CV/Gate et MIDI

Comment raccorder 2 appareils pour les synchroniser avec du sync cv/gate

En général, vous utiliserez un cable mini-jack de patch.

Pour le branchement, ce sera toujours la même logique, vous partez de la sortie du séquenceur, vers l’entrée du synthétiseur. Cela se traduit, par le CV OUT du séquenceur vers le CV IN du synthétiseur, et la même chose pour le GATE OUT du séquenceur vers le TRIG IN du synthétiseur.

Connexion en CV/DIN pour un synthétiseur ARP Odyssey version Korg et son séquenceur le SQ-1
Connexion en CV/DIN pour un synthétiseur ARP Odyssey version Korg et son séquenceur le SQ-1

Les adaptateurs CV to MIDI

Avec l’évolution apportée par le MIDI, il est utile d’utiliser des convertisseurs MIDI to SYNC pour faciliter la synchronisation des machines.

Il existe de nombreux adaptateurs dans les marques KENTON et DOEPFER.

Boitier adaptateur MIDI to SYNC DOEPFER MSY2
Boitier adaptateur MIDI to SYNC DOEPFER MSY2

Le MIDI

En 1981, l’avènement des synthétiseurs numériques, a poussé des concepteurs à réfléchir à une norme universelle permettant de synchroniser des synthétiseurs de marque différente.

La première démonstration publique du MIDI a lieu lors du NAMM de 1983, entre un Jupiter-6 (de Roland) et un Prophet-600 (de Sequential Circuits), par leurs deux représentants et fondateurs, Ikutaro Kakehashi et Dave Smith (papa de nombreux synthétiseurs, même d’aujourd’hui…quelqu’un a mentionné le prophet-5 ?),

Les 2 premiers synthétiseurs MIDI - Le Roland Jupiter-6 et le Sequential Circuit Prophet-600
Les 2 premiers synthétiseurs MIDI – Le Roland Jupiter-6 et le Sequential Circuit Prophet-600

Le succès est immédiat, permettant enfin de synchroniser différents matériels, quelque soit la marque utilisée.

Et il est incroyable de se rendre compte que plus de 30 ans après, nous l’utilisons toujours. C’est même souvent la solution la plus simple et la plus rapide, quoiqu’on en pense. Et nous avons l’habitude de les trouver sur pas mal de matériel, qui n’a jamais vu les prises ci-dessous…

Les ports MIDI habituel IN OUT THRU
Les ports MIDI habituel IN OUT THRU

A retenir pour le MIDI

  • Il permet d’aller plus loin que le CV/Gate en envoyant l’horloge (le tempo), des ordres de start, stop, continu et la position d’un marqueur dans un morceau.
  • Il permet de synchroniser très facilement des appareils, en les raccordant par des câbles MIDI et sur une longueur pouvant aller jusqu’à 15 mètres avant de voir apparaitre de la latence.
  • Un appareil maître émet l’horloge MIDI de synchronisation sur sa prise MIDI OUT. Les autres appareils (esclaves ou en horloge « externe ») se synchronisent sur l’horloge depuis leur prise MIDI IN.
  • Il est possible de piloter de nombreux paramètres, pour changer par exemple de sons pendant un morceau, de changer de banks de sons. C’est grâce au MIDI également que l’on peut piloter d’autres synthétiseurs via des contrôleurs.
  • On peut piloter précisément un appareil midi, en utilisant un canal midi. La norme MIDI se base sur 16 canaux midi, donc vous pouvez connecter 16 appareils différents en même temps en utilisant un canal midi par appareil.

Comment connecter ses synthétiseurs en MIDI ?

Un appareil maître émet l’horloge MIDI de synchronisation sur sa prise MIDI OUT. Les autres appareils (esclaves ou en horloge « externe ») se synchronisent sur l’horloge depuis leur prise MIDI IN.
C’est exactement le même principe de connexion pour simplement relier des appareils MIDI entre eux.

Exemple de connexion séquenceur et synthétiseur

Exemple de connexion en chaine (daisy chain)

Le principe :
MIDI OUT du séquenceur > MIDI IN et MIDI THRU du premier appareil > MIDI IN et MIDI THRU du deuxième appareil > MIDI IN du dernier appareil.
Si les appareils disposent de prises MIDI THRU (ou MIDI OUT commutable en THRU).
Il y a un inconvénient majeur, c’est que les synthétiseurs doivent tous être allumés pour que la chaine fonctionne.

Exemple de connexion en étoile

Pour répartir l’horloge directement aux appareils esclaves sans chaînage il est courant d’utiliser une Thru Box.

Appareil 1 séquenceur (maître) OUT -> IN de la MIDI THRU BOX
MIDI THRU BOX THRU 1 -> IN appareil 2 (esclave)
MIDI THRU BOX THRU 2 -> IN appareil 3 (esclave)
MIDI THRU BOX THRU 3 -> IN appareil 4 (esclave)

Il faudra définir et sélectionner un canal MIDI dans chaque appareil (voir le mode d’emploi de chaque appareil qui vous guidera sur la manipulation). Et notez quelque part votre configuration (canal et appareil).

Attention toutefois à désactiver le « local control » pour éviter une boucle MIDI (données envoyées en OUT retournées en IN créant un feedback ou « larsen » MIDI).

Connexion et synchronisation avec son séquenceur virtuel (DAW)

Raccorder et piloter ses appareils depuis son logiciel préféré (Logic Pro X dans mon cas) est souvent la solution envisagée pour centraliser tout ce petit monde.

Gardez bien en mémoire le principe de l’horloge, c’est l’ordinateur qui est le maitre et les appareils seront les esclaves.

De nos jours, nombre de matériels possèdent un port USB pour se connecter à son ordinateur.
Cette liaison selon les matériels, peut transporter à la fois de l’audio et aussi du MIDI.

Il est possible d’utiliser votre carte son pour relier vos appareils en MIDI.

Par contre, nous rentrons dans une démarche différente, plus informatique dans l’approche. Et il va falloir tenir compte d’autres critères dans ce type de configuration.

Par exemple, l’utilisation d’un port USB sur un ordinateur, est toujours limitée en nombre pour des raisons d’alimentation, l’ordinateur ne pouvant pas toujours fournir du courant à toutes les prises connectées sous peine de déconnexion, d’erreurs.

Il est courant d’utiliser un Hub USB, de préférence Auto-alimenté (sinon cela ne fera qu’empirer la situation) permettant d’apporter sa propre alimentation, et un nombre important de ports USB.
Mais tous les matériels n’apprécient pas toujours ce genre de connexion et il est parfois indispensable qu’il soit connecté directement à l’ordinateur.

Hub USB auto-alimenté
Hub USB auto-alimenté

Les réglages de délais pour synchroniser correctement votre séquenceur virtuel (DAW)

Règler son DAW pour qu’il transmette l’horloge à tout le monde, nécessite selon le matériel d’apporter des ajustements de délais.
Pour cela, chaque logiciel vous propose des options, pour gérer les temps de réponses par matériel.

Réglages Apple Logic Pro X

Voir les réglages en détail de Logic Pro X sur le site d’Apple

Les réglages de délais d'horloge dans Apple Logic Pro X
Les réglages de délais d’horloge dans Apple Logic Pro X

Réglages Cubase de Steinberg

Voir la documentation sur le site de Steinberg.

Réglages Ableton Live

Lien vers la documentation Ableton

Les boitiers pour optimiser la synchronisation

Parce que rien n’est parfait, et qu’il arrive selon la configuration des uns ou des autres, qu’il y ait des décalages.
Des fabricants proposent des boitiers dédiés à l’horloge, et garantissent une parfaite stabilité dans votre setup.

Erm : des boitiers efficaces

Un boitier qui a beaucoup de succès de part ses fonctionnalités : l’ERM Multiclock qui coute dans les 500€.
Car il permet de garantir la stabilité de l’horloge, et ajoute des fonctions comme le swing par appareil connecté.

Lien vers le site du constructeur

Face avant de l’ERM Multiclock

Il existe un plus petit modèle : L’ERM MIDICLOCK qui coute dans les 200€.

Lien vers le site du constructeur

Le boitier Roland SBX-1

Un boitier qui offre un grand nombre de possibilités de connexions et de synchronisations.
Son prix dans les 400€. Lien vers le site de Roland.

Les sources de l’article :

Conclusion

J’espère que cet article vous aura éclairé pour imaginer votre workflow en choisissant votre futur séquenceur, et aussi en comprenant comment synchroniser vos appareils.
Si vous l’avez trouvé utile, n’hésitez pas à le noter ci-dessous, cela m’encourage à continuer.

Noter cet article